• Accueil
  • > Sophrologie et aidants familiaux

Sophrologie et aidants familiaux

Qu’est ce qu’un aidant familial ?

C’est une personne de la famille, non formée, non rémunérée, non reconnue,  qui apporte une surveillance, un soutien, une aide, un soin à une personne en perte d’autonomie

La personne dépendante est souvent une personne âgée mais elle peut être un conjoint ou un enfant malade ou handicapé.

En France, près de 4 millions de personnes s’occupent régulièrement d’un proche dépendant. Des aidants familiaux qui ont tendance à s’oublier et à mettre en danger leur propre santé.

- 48 % des aidants sont des conjoints souvent âgés

- 43 % des enfants de la personne dépendante qui peuvent être eux mêmes soumis à de multiples charges familiales et professionnelles

- 80 % sont des femmes.

L’aidant familial assure en moyenne 90 % du soutien.

Or, cela n’est pas sans conséquence. Près de la moitié des aidants souffrent de troubles psychologiques ou somatiques notables durant le temps où ils prennent soin de la personne malade et même après le placement éventuel. Au quotidien, accompagner un proche dépendant demande beaucoup de temps et d’énergie ce qui entraine un épuisement physique et psychique du fait de la répétition des tâches, des gestes, des arguments et de la vigilance permanente que cela demande. Aussi, même si l’on est résistant et bien organisé, l’épuisement arrive et son cortège de manifestations somatiques :

- baisse immunitaire

- perte du sommeil

- chutes

- affections cardiovasculaires et rhumatologiques

55 % des aidants sont en détresse psychologique :

- anxiété

- stress

- dépression

- peur de ne pas tenir le coup

- déni ou révolte

- surconsommation de psychotropes

La vie personnelle est altérée, les activités de loisir sont réduites faute de temps. La vie sociale devient pesante ou impossible. Tout ceci conduit à l’isolement, à une perte de lien avec sa propre famille, ses amis et son réseau professionnel. Lequel isolement entretient le sentiment d’être le seul à porter la situation, d’où dépression, encore moins d’énergie etc. D’ailleurs l’entourage ne prend pas toujours la mesure de ce qu’est le quotidien de l’aidant.

Sur le plan affectif la relation avec la personne se trouve transformée. Il y a un deuil à faire de ce qui existait (personne âgée, maladie dégénérative…) ou de ce qui ne sera pas  (enfant handicapé…), tout en continuant à investir la relation, ce qui provoque des tensions internes. L’aidant se sent souvent impuissant, aux prises avec les contraintes matérielles mais aussi avec un bouleversement des rôles, au niveau du couple ou des générations.

L’antagonisme entre le besoin de se préserver et le sentiment d’obligation envers l’autre entraine de la culpabilité, qui rend encore plus difficile le fait de prendre du temps pour soi. La personne aidée peut aussi s’engouffrer dans la brèche ouverte par ce sentiment de culpabilité pour devenir tyrannique, rendant la présence de l’aidant encore plus indispensable à tout moment, l’enchaînant davantage.

Il est pourtant primordial de ne pas s’oublier au point de n’être plus présent que pour l’autre. Prendre soin de soi n’est pas égoïste mais une nécessité pour ménager sa santé et pouvoir justement continuer à prendre soin de l’autre. Les services d’aide à domicile sont régulièrement confrontés à des demandes en urgence du fait d’un aidant hospitalisé, à force d’avoir dépassé ses limites.

L’épuisement (burn out) a été défini en 1976 par Herbert Freudenberger :  » L’épuisement est un état causé par l’utilisation excessive de son énergie et de ses ressources et qui provoque un sentiment d’avoir échoué, d’être exténué. Je me suis rendu compte que les gens sont parfois victimes d’incendie tout comme les immeubles ; sous l’action des tensions, leurs ressources internes en viennent à se consumer comme sous l’action des flammes, ne laissant qu’un vide immense à l’intérieur alors que l’extérieur semble plus ou moins intact. »

Il y a des signaux d’alerte qu’il est important de prendre en compte :

- signes physiques : fatigue permanente, céphalées, troubles gastro intestinaux, troubles du sommeil, douleurs articulaires, musculaires

- signes psychiques : épuisement mental, baisse de l’estime de soi, irritabilité inhabituelle, hypersensibilité à la frustration, promptitude à la colère, aux larmes, conflits au travail et dans la vie privée, perturbations cognitives.

- comportement : sentiment de devenir inefficace, attitude déprimée, abus d’alcool, de psychotropes, de calmants, se sentir « vidé » à la fin de la journée, être fatigué en se levant le matin, être épuisé par les relations sociales ou amicales, se sentir devenir insensible aux gens, « endurci ».

La sophrologie est un outil qui permet de prendre soin de soi dans cette situation particulière qui est celle de l’aidant.

 

Programme 2016/2017

 

Le programme que je propose vous permettra en 10 séances  :

- de cultiver la présence à vous même et de profiter des moments de répit

- de mieux repérer vos propres signaux d’épuisement et de les prendre en compte

- de mettre plus de positif dans votre vie

- d’apprendre des techniques simples de sophrologie pour mieux gérer votre stress et votre anxiété

- d’apprendre à lâcher vos tensions

- de retrouver un meilleur sommeil

- d’apprendre des techniques pour activer votre énergie et mieux récupérer

- d’anticiper les situations stressantes et les vivre de manière plus sereine

- de vous appuyer sur les moments positifs du passé pour enrichir votre relation avec la personne aidée

- d’échanger avec des personnes qui rencontrent les mêmes difficultés.

 

Compte tenu des contraintes quotidiennes des aidants, je propose ce groupe en journée, à un horaire où il est plus facile d’être relayé dans son rôle d’aidant, soit que la personne aidée soit en accueil de jour, en IME ou autre établissement, ou que l’on puisse se faire relayer par un proche ou une aide à domicile pendant une heure ou deux. Les séances ont lieu tous les 15 jours pour ne pas rajouter une contrainte supplémentaire à un emploi du temps déjà bien chargé, étant entendu que je vous fournirai le moyen de vous entrainer à votre domicile dans l’intervalle.

Les 10 séances auront lieu :

- à Hauterives, 23 route de Roybon, un  lundi sur deux de 14 h à 15 h à partir du 14 novembre 2016

- à Romans, au cabinet de mieux être, 3 rue Saint Nicolas, un jeudi sur deux de 15 h45 à 16 h 45  à partir du 17 novembre 2016

Tarif : 150 € les 10 séances. Facilités de paiement.

 

ci-dessous lien vers l’émission « enquête de santé » du 3-11-2015 au sujet des aidants familiaux

http://www.allodocteurs.fr/emissions/enquete-de-sante/enquete-de-sante-du-03-11-2015_25545.html

 

0 Réponses à “Sophrologie et aidants familiaux”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




Lasantenaturelle |
Les gestes de premiers secours |
Toutsurlifsi |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Paleolifefrance
| Cigaretteelectroniquebordeaux
| Ameo45